Étiquette : Livre

Dimitri Casali : « sommes-nous ignare ? »

Dimitri Casali : « sommes-nous ignare ? »

Dimitri Casali signe La longue montée de l’ignorance aux éditions First en 2017. Dans cet ouvrage, l’auteur dresse un constat pessimiste : l’ignorance prend de plus en plus d’ampleur. On croit être un peuple éduqué alors qu’en fait les nouvelles générations semblent sombrer dans l’ignoranceMetalepse vous dresse les principaux enseignements à tirer de ce livre.

Une perte de connaissance

Vous l’avez sans doute constaté vous-même, vos enfants apprennent moins de choses que vous à l’école et vous-même en avez appris moins que vos parents. La France compte environ 3 millions de personnes illettrées, soit 6% de la population. Ce chiffre double si on rajoute les personnes ayant des difficultés à lire et écrire le français. Le niveau en orthographe ne cesse de diminuer. La dictée test donnée par l’Éducation nationale en est un exemple flagrant : sur environ 10 lignes d’un texte simple et sans difficultés particulières, les enfants faisaient environ 10 fautes en 1987. Aujourd’hui, le nombre de fautes a quasi doublé.

Dimitri Casali connaissanceLes programmes ont beaucoup évolué et nombre de notions, de figures importantes ont disparu des cours, notamment en histoire. Les enfants d’aujourd’hui n’apprennent plus leur passé. Ils n’apprennent plus à raisonner, à avoir l’esprit critique, à analyser les faits pour développer leur propre pensée. Le système scolaire semble à la dérive, la France se classe 27e au classement international PISA. Notre pays ne cesse de perdre des places alors que dans les années 80, nous étions dans les cinq premiers.

L’incidence des nouvelles technologies

Les nouvelles technologies, et notamment Internet, n’ont pas eu que des conséquences positives. Selon des études récentes, les Français, mais aussi les Anglais ou les Américains, auraient perdu 4 points de QI entre 1989 et 2009. Les jeunes lisent moins de livres, ils sont sur les écrans. Mais cette lecture est différente : au lieu de structurer les informations, celles-ci se superposent. La surinformation conduit à la désinformation. On ne prend plus le temps de croiser les informations, on ne vérifie pas les sources de ce qu’on lit et on prend pour vraie la première information venue.

Les fake news deviennent légion. On a accès à une quantité d’informations infinie mais on n’est plus capable de l’analyser. L’anonymat du web facilite la circulation des fausses informations ou contre-vérités. Le savoir n’est plus hiérarchisé. Homère, l’auteur grec de L’Odyssée compte moitié moins d’articles qu’Homer, le personnage des Simpson. Le plus grave, c’est que même les journalistes sont concernés. On pourrait attendre d’eux qu’ils délivrent une information fiable mais ce n’est pas toujours le cas. En 2009, de nombreux médias, dont de grands quotidiens internationaux réputés ont repris une information disponible sur Wikipédia, qui était fausse.

La culture générale, plus une valeur sûre ?

Dimitri Casali démontre que la culture générale est devenue accessoire alors qu’auparavant elle était valorisée. On assiste à un effondrement de la culture générale au profit d’une valorisation des compétences techniques. On tend à une spécialisation. Les filières scientifiques sont bien plus valorisées que les filières littéraires et le terme « intello » a pris une connotation négative. En 2011, l’épreuve de culture générale a été supprimée du concours de Sciences Po et remplacée en 2015 à l’ENA.

Les dangers de l’ignorance

Selon Dimitri Casali, cette diminution de la culture générale a de graves conséquences. L’ignorance aboutit, souvent, à la violence et conduit à l’obscurantisme et aux fanatismes. On assiste aujourd’hui à une montée des extrêmes. L’absence de hiérarchisation des informations, des médias de moins en moins crédibles, des fake news qui prennent une place de plus en plus importante, notamment sur les réseaux sociaux. Notre intelligence a baissé et nous ne sommes plus capables de différencier les types d’informations. Kim Kardashian est devenue plus connue que Montaigne. Toutes les connaissances se valent. Les jeunes, adeptes des réseaux sociaux, sont plus intéressés par le fait de partager leur dernier selfie que pour rechercher une information pertinente. Les théories complotistes ou conspirationnistes se multiplient sur la toile, notamment en raison de la perte de confiance dans les institutions (scientifiques, médias, politiques…).

L’importance du savoir

Dimitri CasaliDimitri Casali pointe les causes et les effets de l’ignorance pour mieux rétablir l’importance du savoir. En effet, le savoir, et donc la culture, est une question de survie. L’homme est peut-être un animal mais il ne peut pas se contenter de son seul instinct pour survivre. Il doit engranger des informations et les transmettre afin que les générations suivantes n’aient pas à tout réapprendre. Les travaux scientifiques sont en conséquence conservés de manière ultra-sécurisée car une guerre ou une déstabilisation de la planète de plusieurs années pourraient tout compromettre. L’acquisition de connaissances, d’une culture est donc impérative pour la survie de l’espèce humaine. Il est donc nécessaire de réhabiliter la culture : les enfants doivent être amenés dans les musées et réapprendre le goût de la culture et de l’histoire. Il faut connaitre le passé pour se construire.

Dimitri Casali nous permet, avec La longue montée de l’ignorance, de mieux comprendre notre monde actuel. Il nous interroge sur notre mode de pensée, sur le système éducatif, la société et nous alerte sur les dangers de la surinformation, absolument pas synonyme de savoir absolu.